Uræus colossal (Taharqa)

Localisation de découverte : PAR - Parvis du temple

Statue fragmentaire représentant un uræus dont la partie supérieure est perdue. Découverte sur le parvis du temple, le long du passage qui coupe l’allée du nord au sud, elle était placée sur un socle maçonné d’après H. Chevrier. Elle a été un temps conservée dans le magasin Caracol de Karnak. Sa localisation actuelle est inconnue. Usurpée durant la XXVIe dynastie, H. Chevrier proposait de la dater de la XVIIIe dynastie. Cette datation a aujourd’hui été abandonnée au profit de la XXVedynastie (J. Leclant et P. Barguet, loc. cit.). H. Chevrier, suivi par Porter & Moss et P. Barguet, avait identifié l’usurpateur à Psammétique Ier ; il s’agit toutefois des noms de Psammétique II. Durant la campagne 1971-1972, un fragment de tête d’uræus qui pourrait appartenir à cette statue a été découvert dans les fondations du quai de Karnak (voir Karnak 5, p. 52). Une seconde statue d’uræus, portant les cartouches de Taharqa non martelés, a été mise au jour dans la cachette de Louqsor en 1989 ; elle est aujourd’hui exposée au musée de Louqsor (J. 839).


Voir toutes les informations concernant ce document dans le projet Karnak »


Interface de consultation des Archives scientifiques du CFEETK - Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak
© CNRS / Sébastien Biston-Moulin

version 0.2
1 215 407 visites - 1069 visite(s) aujourd'hui - 2 connecte(s)
1 902 432 photographies téléchargées.







Cette interface de consultation des archives scientifiques du Cfeetk a été réalisée dans le cadre du projet Karnak (CNRS, USR 3172 - CFEETK / UMR 5140, Équipe ENiM - Programme « Investissement d’Avenir » ANR-11-LABX-0032-01 Labex ARCHIMEDE)

Les métadonnées des images sont affichées depuis ArcheoGrid Karnak développé par ArchéoVision (UMS SHS 3D n°3657), l’interface de gestion et de documentation des archives scientifiques du Cfeetk. La structuration topographique et les informations concernant les sujets des photographies sont issus du projet Karnak. Les documents en pleine résolution sont affichés depuis Nakala le service de dépôt, documentation et diffusion des données de la recherche mis en place par Huma-Num, la très grande infrastructure française des humanités numériques.