CNRS-CFEETK 63788




Karnak - CFEETK. Ressource affichée depuis Nakala



Tribune du quai, Obélisques, Obélisque sud de Séthi II (KIU 156)

XIXe dynastie / Séthi II
Quartzite

Cet obélisque a été découvert par E. Prisse d’Avennes en 1843. Bien qu’il mentionne deux obélisques de 3m80 de hauteur brisés par le milieu, G. Legrain n’en retrouva qu’un seul en 1895, composé de deux fragments, qu’il replaça sur sa base située dans l’angle sud-est de la tribune occidentale. Chaque face de l’obélisque présente quatre colonnes de texte identiques donnant la titulature de Sethi II. Une frise de cartouches verticaux, où alternent son nom de couronnement et son nom de fils de Rê, est gravée tout autour du socle.

PM II2, p. 21-22.
KRI IV, p. 250 ; KRITA IV, p. 176.
E. PRISSE D’AVENNES, Histoire de l’art égyptien : d’après les monuments depuis les temps les plus reculés jusqu’à la domination romaine, Atlas 2, Paris, 1878, pl. 24 .
E. PRISSE D’AVENNES, Histoire de l’art égyptien : d’après les monuments ; depuis les temps les plus reculés jusqu’à la domination romaine, Texte, Paris, 1879, p. 409-410 .
G. JÉQUIER, L’architecture et la décoration dans l’ancienne Égypte 2. Les temples ramessides et saïtes, Paris, 1922, pl. 44 (3) .
G. LEGRAIN, Les temples de Karnak. Fragment du dernier ouvrage de Georges Legrain, Directeur des Travaux du Service des Antiquités de l’Égypte, Bruxelles, 1929, p. 6-7, fig. 5-6, 10-11 .
P. BARGUET, Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse, RAPH 21, 1962, p. 41 .
J. LAUFFRAY, « Abords occidentaux du premier pylône de Karnak. Le dromos, la tribune et les aménagements portuaires », Kêmi 21 (= Karnak 4), 1971, p. 94-95, fig. 1, 3-4, 6, 12-13, 15-16, .
J. LAUFFRAY, S. SAUNERON, Cl. TRAUNECKER, « La tribune du quai de Karnak et sa favissa. Compte rendu des fouilles menées en 1971-1972 (2e campagne) », Karnak 5, 1975, fig 5, pl. XIX-XX .
R.A. SCHWALLER DE LUBICZ, Les temples de Karnak. Contribution à l’étude de la pensée pharaonique, Paris, 1982, pl. 7.
A.-K. SELIM, Les obélisques égyptiens. Histoire et archéologie, CASAE 26, 1991, p. 267 .
M. AZIM, G. REVEILLAC, Karnak dans l’objectif de Georges Legrain. Catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917, Paris, 2004, p. 90-91, n. 38, 4-1/2, 4-1/5, 4-1/40-44, 4-1/44, 4-1-46 .
N. GRIMAL, Fr. LARCHE, « Karnak, 1998-2004 », Karnak 12, 2007, p. 40 .


Voir toutes les informations concernant ce document dans le projet Karnak »


Pour les publications à caractère scientifique, les autorisations de reproduction sont accordées à titre gratuit.



Merci de retourner le formulaire de demande de reproduction complété à jeremy.hourdin@cnrs.fr.

Télécharger le formulaire de demande de reproduction.

Les demandes sont traitées dans un délai de 15 jours ouvrables. Aucune demande ne sera traitée en juillet-août. Toute demande incomplète sera rejetée.



Pour toute demande de reproduction destinée à une publication non scientifique.



Merci de contacter cfeetk@cnrs.fr 
Ce document a été téléchargé 278 fois.
Responsable du service des Archives scientifiques du CFEETK : Jérémy Hourdin : jeremy.hourdin@cnrs.fr

Interface de consultation des Archives scientifiques du CFEETK - Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak
© CNRS / Sébastien Biston-Moulin

version 0.2
3 260 526 visites - 1198 visite(s) aujourd'hui - 4 connecte(s)
4 786 571 photographies téléchargées.







Cette interface de consultation des archives scientifiques du Cfeetk a été réalisée dans le cadre du projet Karnak (CNRS, USR 3172 - CFEETK / UMR 5140, Équipe ENiM - Programme « Investissement d’Avenir » ANR-11-LABX-0032-01 Labex ARCHIMEDE)

Les métadonnées des images sont affichées depuis ArcheoGrid Karnak développé par ArchéoVision, l’interface de gestion et de documentation des archives scientifiques du Cfeetk. La structuration topographique et les informations concernant les sujets des photographies sont issus du projet Karnak. Les documents en pleine résolution sont affichés depuis Nakala le service de dépôt, documentation et diffusion des données de la recherche mis en place par Huma-Num, la très grande infrastructure française des humanités numériques.