CNRS-CFEETK 189250




Karnak - CFEETK. Ressource affichée depuis Nakala



Fragment de statue porte-enseigne sud (KIU 82)

XIXe dynastie / Amenmes
Quartzite

La statue est cassée à la taille, seule la partie inférieure est encore conservée, cette dernière est composée de deux fragments. Mis au jour lors du dégagement de la grande cour par G. Legrain entre 1896 et 1897, elle se trouvait à coté de la colonne de Taharqa à la fin du XIXe siècle (cliché CFEETK 26739), puis a été déplacée à une date indéterminée devant le montant sud de l’avant porte du IIe pylône. Elle se trouve actuellement devant la Chapelle Rouge dans le musée en plein air. Cette statue semble être le pendant d’une statue similaire se situant devant le montant nord (KIU 81). Par comparaison avec la statue nord, elle représente le pharaon debout tenant une enseigne. Sur la plinthe, derrière la jambe gauche, se trouve une représentation de reine à moitié conservée. Ces fragments présentent plusieurs inscriptions : le pilier dorsal est gravé d’une colonne de texte mentionnant les cartouches de Sethi II, lesquels sont, d’après Fr. J. Yurco, secondaires avec une profondeur de 0,4 à 0,6 cm. Aucune trace de la première inscription n’est conservée. Le fragment du socle est inscrit mais sa localisation actuelle est indéterminée, les inscriptions sont connues grâce au relevé de Fr. J. Yurco.

 PM II2, p. 38.
M. PILLET, « Rapport sur les travaux de Karnak (1923-1924) », ASAE 24, 1924, p. 74 .
G. LEGRAIN, Les temples de Karnak. Fragment du dernier ouvrage de Georges Legrain, Directeur des Travaux du Service des Antiquités de l’Égypte, Bruxelles, 1929, p. 140 .
Sh. ADAM, F. EL-SHABOURY, « Report on the Work of Karnak during the Seasons 1954-55 and 1955-56 », ASAE 56, 1959, p. 49, n. 1 .
F.J. YURCO, « Amenmesse: Six Statues at Karnak », MMJ 14, 1979, p. 23-25, fig. 12-13 .
M. AZIM, G. REVEILLAC, Karnak dans l’objectif de Georges Legrain. Catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917, Paris, 2004, vol. 1, p. 107, n. 44-45 .
M. AZIM, G. REVEILLAC, Karnak dans l’objectif de Georges Legrain. Catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917, Paris, 2004, vol. 2, p. 37 .
B. MAGEN, Steinerne Palimpseste. Zur Wiederverwendung von Statuen durch Ramses II. ind seine Nachfolger, Wiesbaden, 2011, p. 318 .


Voir toutes les informations concernant ce document dans le projet Karnak »


Pour les publications à caractère scientifique, les autorisations de reproduction sont accordées à titre gratuit.



Merci de retourner le formulaire de demande de reproduction complété à jeremy.hourdin@cnrs.fr.

Télécharger le formulaire de demande de reproduction.

Les demandes sont traitées dans un délai de 15 jours ouvrables. Aucune demande ne sera traitée en juillet-août. Toute demande incomplète sera rejetée.



Pour toute demande de reproduction destinée à une publication non scientifique.



Merci de contacter cfeetk@gmail.com 
Ce document a été téléchargé 67 fois.
Responsable du service des Archives scientifiques du CFEETK : Jérémy Hourdin : jeremy.hourdin@cnrs.fr

Interface de consultation des Archives scientifiques du CFEETK - Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak
© CNRS / Sébastien Biston-Moulin

version 0.2
3 094 691 visites - 42 visite(s) aujourd'hui - 2 connecte(s)
4 594 695 photographies téléchargées.







Cette interface de consultation des archives scientifiques du Cfeetk a été réalisée dans le cadre du projet Karnak (CNRS, USR 3172 - CFEETK / UMR 5140, Équipe ENiM - Programme « Investissement d’Avenir » ANR-11-LABX-0032-01 Labex ARCHIMEDE)

Les métadonnées des images sont affichées depuis ArcheoGrid Karnak développé par ArchéoVision, l’interface de gestion et de documentation des archives scientifiques du Cfeetk. La structuration topographique et les informations concernant les sujets des photographies sont issus du projet Karnak. Les documents en pleine résolution sont affichés depuis Nakala le service de dépôt, documentation et diffusion des données de la recherche mis en place par Huma-Num, la très grande infrastructure française des humanités numériques.