Chapelle d’Osiris Neb-neheh (Amasis)

Localisation actuelle : ZNT.ON

La chapelle d’Osiris Neb-neheh a été construite à la XXVIe dynastie entre les règnes d’Amasis et de Psammétique III quand Ânkhnesnéféribrê était divine adoratrice. Probablement découverte en mars 1819 (cf. Cl. Traunecker, op. cit., p. 156) ; il s’agit de la première des trois chapelles osiriennes auxquelles on accède sur la voie de Ptah depuis le sud. L’édifice comprend plusieurs ensembles : depuis une porte monumentale en grès, on accède à une petite cour hypostyle composée de quatre colonnes, avec, dans l’axe, une seconde porte en grès qui donne sur un vestibule précédant la chapelle proprement dite construite entièrement elle-aussi en grès. Cette dernière est composée de deux pièces. Le reste des structures de la chapelle est en briques crues. Depuis la salle hypostyle, au sud, une porte secondaire (comme pour la chapelle voisine d’Osiris Ounnefer Neb-djefaou) devait donner sur des pièces secondaires (ibid., p. 179-180).


Voir toutes les informations concernant ce document dans le projet Karnak »


Chapelle de culteFa��ade
Responsable du service des Archives scientifiques du CFEETK : Jérémy Hourdin : jeremy.hourdin@cnrs.fr

Interface de consultation des Archives scientifiques du CFEETK - Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak
© CNRS / Sébastien Biston-Moulin

version 0.2
6 104 462 visites - 1171 visite(s) aujourd'hui - 4 connecte(s)
8 593 635 photographies téléchargées.







Cette interface de consultation des archives scientifiques du Cfeetk a été réalisée dans le cadre du projet Karnak (CNRS, USR 3172 - CFEETK / UMR 5140, Équipe ENiM - Programme « Investissement d’Avenir » ANR-11-LABX-0032-01 Labex ARCHIMEDE)

Les métadonnées des images sont affichées depuis ArcheoGrid Karnak développé par ArchéoVision, l’interface de gestion et de documentation des archives scientifiques du Cfeetk. La structuration topographique et les informations concernant les sujets des photographies sont issus du projet Karnak. Les documents en pleine résolution sont affichés depuis Nakala le service de dépôt, documentation et diffusion des données de la recherche mis en place par Huma-Num, la très grande infrastructure française des humanités numériques.