Temple d’Opet - - (KIU 1747)


Datation : Ptolémées
Matière : Grès.
Découvert lors de l’opération: OP95 du Cfeetk


Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir G. CHARLOUX, Le parvis du temple d’Opet à Karnak, Travaux du CFEETK, BiGen 41, 2012, p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.

Kiosque


KIU4134 /  du mur bahut sud (Opet 15 bas) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos Le bloc de la partie supérieure de la scène se trouve devant la face ouest du môle sud du pylône (photo n° 166316). Il a subi des dégradations altérant une partie du décor depuis l’édition de C. De Wit (<i>op. cit</i>. p. 15).
KIU4134



Porte

Montants extérieurs


KIU4139 /  nord 01.n (Opet 14 haut, gauche) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4139



KIU4138 /  nord 02.n (Opet 14 haut, droite) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos Le bloc 93CL1145 qui complète la partie supérieure de la scène a été replacé en juin 2013 (Chr. Thiers, « <i>Membra disiecta ptolemaica</i> (III) », <i>Karnak</i> 15, 2015, p. 353-354).
KIU4138



KIU4140 /  sud 01.n (Opet 15 haut, gauche) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4140



Tableaux extérieurs


KIU4136 /  Tableau nord (Opet 14 bas) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4136



KIU4135 /  Tableau sud (Opet 15 haut, droite) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4135




Pylône

Face ouest

Môle nord


KIU4130 /  01.n (Opet 16 haut) Ptolémées /
KIU4130



KIU4131 /  02.n XXVe dynastie /  Aucune inscription n’est conservée.
KIU4131




Porte

Montants extérieurs


KIU4132 /  nord Ptolémées /  Aucun élément ne permet de préciser la datation (XXV<sup>e</sup> dynastie ou époque ptolémaïque d’après la datation des autres éléments du pylône et de la cour).
KIU4132



Tableaux extérieurs


KIU4133 /  Tableau nord XXVe dynastie /  La paroi présente des « martelages en pluie » caractéristiques des décors d’époque kouchite.
KIU4133



Montants intérieurs


KIU4137 /  sud XXVe dynastie /  Aucune inscription n’est conservée. Le tableau représentait une scène d’accolade du dieu. On distingue le pied et les restes de la canne du roi.
KIU4137




Cour

Kiosque

Mur bahut nord


KIU4141 /  01.o (Opet 16, bas, droite) XXXe dynastie / Néctanebo Ier
KIU4141



KIU4142 /  02.o (Opet 16, bas, gauche) XXXe dynastie / Néctanebo Ier
KIU4142




Salle hypostyle

Porte

Linteau extérieur



KIU4293 /  01.n (Opet 28) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4293



KIU4295 /  02.n (Opet 30) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4295



KIU4296 /  03.n (Opet 31) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos La l.7 montre un repentir : plusieurs signes non identifiés sont visibles sous l’inscription.
KIU4296



KIU4294 /  04.n (Opet 29) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4294



Montants extérieurs, 1er registre


KIU4283 /  nord (Opet 18) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4283



KIU4284 /  sud (Opet 19) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4284



Montants extérieurs, 2e registre


KIU4285 /  nord (Opet 20) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4285



KIU4286 /  sud (Opet 21) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4286



Montants extérieurs, 3e registre


KIU4287 /  nord (Opet 22) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4287



KIU4288 /  sud (Opet 23) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4288



Montants extérieurs, 4e registre


KIU4289 /  nord (Opet 24) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos Les l. 9-11 et 17 possèdent un parallèle partiel dans le temple de Ptah à Karnak (KIU 3592).
KIU4289



KIU4290 /  sud (Opet 25) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos La fin de la l.8 montre un repentir : la corbeille-<i>nb</i> a été gravée au-dessus des signes du soleil et du chiffre 10.
KIU4290



Montants extérieurs, 5e registre


KIU4291 /  nord (Opet 26) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4291



KIU4292 /  sud (Opet 27) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4292



Montants extérieurs, soubassement


KIU4282 /  nord (Opet 17) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos Le passage relatif à l’explication du nom d’Osiris des l. 5-6 possède deux parallèles partiels dans le temple d’Opet (KIU 1788 et 4205).
KIU4282



KIU5329 /  sud Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos L’inscription est arasée. On ne distingue que la trace des lignes horizontales.
KIU5329



Tableaux extérieurs


KIU4298 /  nord (Opet 33-34, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4298



KIU4297 /  Soubassement nord (Opet 32) Ptolémées / Ptolémée Évergète II L‘angle inférieur gauche de la photographie est masqué par la porte moderne installée à l‘entrée de la salle hypostyle.
KIU4297



KIU4299 /  sud (Opet 33-34, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4299



Linteau intérieur


KIU4301 /  nord (Opet 36-37) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4301



KIU4300 /  sud (Opet 35-36) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4300




Architrave nord


KIU5649 /  Face sud (Opet 40) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5649



KIU7041 /  Soffite est (Opet 42, droite, en bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU7041



KIU5651 /  Soffite ouest (Opet 42, droite, en haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5651



Architrave sud


KIU5650 /  Face nord (Opet 41) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5650



KIU7042 /  Soffite est (Opet 42, gauche, en bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU7042



KIU5652 /  Soffite ouest (Opet 42, gauche, en haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5652



Frise


KIU5647 /  Bandeaux est (Opet 39) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5647



KIU5646 /  Bandeaux ouest (Opet 38) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5646



KIU5648 /  Frise Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5648



Plafond


KIU5653 /  Bandeau nord (Opet 43-45, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5653



KIU5654 /  Bandeau sud (Opet 43-45, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5654



KIU5655 /  Partie centrale (Opet 46-49) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5655



Couloir sud

Porte

Plafond


KIU5901 /  Plafond Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5901



Soffite


KIU5657 /  Soffite Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5657



Tableaux extérieurs


KIU5698 /  Tableau est (Opet 50, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5698



KIU5658 /  Tableau ouest (Opet 50, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5658




Salle des étoffes

Porte

Tableaux extérieurs


KIU2762 /  Est (Opet 51, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le bloc situé dans la partie inférieure a été replacé lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU2762



KIU5697 /  Ouest (Opet 51, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5697




KIU5720 /  Linteau intérieur (Opet 61, en haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5720



KIU5696 /  Plafond Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5696



Frise


KIU5718 /  Bandeau nord (Opet 70) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5718



KIU5719 /  Bandeau sud (Opet 71) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5719



Paroi est (au-dessus de la porte menant à la salle VI)


KIU4809 /  (Opet 62, en bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4809



Paroi est (passage menant à la salle hypostyle)

1er registre


KIU4807 /  (Opet 52) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Dans la partie supérieure de la scène, la gravure de plusieurs signes n’est pas achevée.
KIU4807



2e registre


KIU4808 /  (Opet 62, en haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4808




Paroi nord

1er registre



KIU5687 /  01.o (Opet 57) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5687



KIU5688 /  02.o (Opet 58) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5688



KIU5689 /  03.o (Opet 59) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5689



KIU5690 /  04.o (Opet 60) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5690



2e registre


KIU5691 /  01.o (Opet 67) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5691



KIU5692 /  02.o (Opet 68) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5692



KIU5693 /  03.o (Opet 69) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5693




Paroi ouest

1er registre


KIU5721 /  (Opet 56) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5721



2e registre


KIU5722 /  (Opet 66) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5722




Paroi sud

1er registre


KIU4819 /  01.e (Opet 55) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Les l. 7, 10 et 14 possèdent un parallèle dans une scène de la Porte d’Évergète (<r>1370</r>pl. 7 = KIU 3982, l. 8, 15 et 20).
KIU4819



KIU4812 /  02.e (Opet 54) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4812



KIU4810 /  03.e (Opet 53) Ptolémées / Ptolémée Évergète II La gravure de certains signes de la partie supérieure n’est pas achevée.
KIU4810



2e registre


KIU4824 /  01.e (Opet 65) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4824



KIU4823 /  02.e (Opet 64) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4823



KIU4820 /  03.e (Opet 63) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4820




Paroi sud (au-dessus de la porte menant à la salle hypostyle)


KIU5632 /  (Opet 61, en bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5632



Salle centrale

Porte

Corniche


KIU5777 /  Corniche extérieure Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5777



Linteau extérieur



KIU4828 /  01.n (Opet 76) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4828



KIU4811 /  02.n (Opet 78, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4811



KIU4836 /  03.n (Opet 78, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4836



KIU4827 /  04.n (Opet 77) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4827



Montants extérieurs, 1er registre


KIU5659 /  nord (Opet 72, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5659



KIU5660 /  sud (Opet 72, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5660



Montants extérieurs, 2e registre


KIU5661 /  nord (Opet 73, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5661



KIU5662 /  sud (Opet 73, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5662



Montants extérieurs, 3e registre


KIU5663 /  nord (Opet 74, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5663



KIU5664 /  sud (Opet 74, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5664



Montants extérieurs, 4e registre


KIU5665 /  Nord (Opet 75, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5665



KIU5666 /  Sud (Opet 75, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5666



Tableaux extérieurs


KIU5899 /  Tableau nord Ptolémées / Ptolémée Évergète II La tableau se composait de deux colonnes d’inscription dont seuls quelques signes du bas de la première sont encore visibles.
KIU5899



KIU5667 /  Tableau sud (Opet 79, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II La tableau se composait de deux colonnes d’inscription dont seuls quelques signes de la première sont encore visibles.
KIU5667



Embrasures


KIU5900 /  Embrasure nord Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le décor est presque complètement détruit. On distingue les restes d’une frise d’uraeus encadrant le cartouche royal ainsi que le début d’une ligne de texte au niveau de la partie médiane.
KIU5900



KIU5898 /  Embrasure sud Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le décor est presque complètement détruit. On distingue un fragment de la dernière ligne d’inscription située tout à fait au bas de la paroi.
KIU5898



Montants intérieurs


KIU5668 /  Nord (Opet 79, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5668



KIU5830 /  sud Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5830




Paroi nord

1er registre


KIU1755 /  01.o (Opet 80) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1755



2e registre


KIU1750 /  01.o (Opet 86) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1750



KIU1753 /  02.o (Opet 88) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1753



3e registre


KIU1754 /  01.o (Opet 90) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1754



KIU1758 /  02.o (Opet 92-93, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1758



À droite de la porte



KIU1765 /  1er registre (Opet 82, haut, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1765



KIU1766 /  2<sup>e</sup> registre Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1766



KIU1767 /  3<sup>e</sup> registre Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1767



KIU1768 /  5<sup>e</sup> registre Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1768



Fenêtres


KIU1762 /  Fenêtre est (Opet 100, l. 2) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1762



KIU1763 /  Fenêtre ouest (Opet 100, l. 1) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1763




Paroi sud

1er registre


KIU5669 /  01.e (Opet 81) Ptolémées / Ptolémée Évergète II L’hymne à Osiris (l. 1-10) possède un parallèle dans le papyrus Vatican inv. 38608, l. 5-11 (<r>456</r> p. 84-94, 122-122, et 126).
KIU5669



2e registre


KIU5677 /  01.e (Opet 89) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5677



KIU5675 /  02.e (Opet 87) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5675



3e registre


KIU5679 /  01.e (Opet 92-93, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5679



KIU5678 /  02.e (Opet 91) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5678



À gauche de la porte



KIU5670 /  1er registre (Opet 82, haut, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5670



KIU5671 /  2e registre (Opet 82, bas, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5671



KIU5672 /  3e registre (Opet 83, haut, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5672



KIU5673 /  4e registre (Opet 83, haut, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5673



KIU5674 /  5e registre (Opet 83, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5674



Fenêtres


KIU5684 /  Fenêtre est (Opet 100, l. 4) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5684



KIU5683 /  Fenêtre ouest (Opet 100, l. 3) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5683




Paroi est

1er registre


KIU1776 /  nord Ptolémées / Ptolémée Évergète II Seule l’une des deux déesses-hippopotames est encore visible.
KIU1776



KIU1771 /  sud (Opet 84) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1771



2e registre


KIU5902 /  Nord Ptolémées / Ptolémée Évergète II La scène est en grande partie détruite. On ne distingue que la figure d’une des deux déesses-hippopotames.
KIU5902



KIU1772 /  sud (Opet 84) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1772



3e registre


KIU5911 /  Nord Ptolémées / Ptolémée Évergète II La scène est en grande partie détruite. On ne distingue que la moitié inférieure de la figure d’une des deux déesses-hippopotames.
KIU5911



KIU1773 /  Sud (Opet 85) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1773



4e registre


KIU1774 /  sud (Opet 85) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1774



5e registre


KIU1775 /  Sud (Opet 85) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1775



6e registre


KIU1777 /  Nord (Opet 94) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1777



KIU1778 /  Sud (Opet 94) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1778



7e registre


KIU1779 /  Opet 94 Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1779




Frise



KIU1760 /  Bandeau supérieur nord (Opet 98) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1760



KIU5421 /  Bandeau supérieur sud (Opet 99) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5421



KIU1936 /  Bandeaux inférieurs, paroi ouest (Opet 98-99) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1936



KIU1780 /  Opet 101 Ptolémées / Ptolémée Évergète II La frise se compose de trois tableaux sur chaque paroi. Au centre, le génie représentant l’un des quatre vents est encadré de khékérou et de deux scènes figurant le cartouche du roi et le dieu Osiris entourés par deux faucons Béhédety. Les légendes des quatre vents ont un parallèle partiel dans la frise de la salle nord (KIU 5414).
KIU1780



Plafond


KIU5680 /  Bandeau nord (Opet 95, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5680



KIU5681 /  Bandeau sud (Opet 95, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5681



KIU5682 /  Partie centrale (Opet 96-97) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5682



Salle nord

Porte

Face extérieure


KIU1757 /  Linteau (Opet 102, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1757



KIU5630 /  Montant est (Opet 102-103, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5630



KIU4826 /  Montant ouest (Opet 102-103, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4826



Tableaux extérieurs


KIU5408 /  Tableau est (Opet 105 en haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5408



KIU5407 /  Tableau ouest (Opet 104) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5407



Embrasures


KIU5641 /  Embrasure est Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le décor est presque complètement détruit. On distingue les restes de la frise de ânkh-ouas et d’une ligne de texte au niveau de la partie supérieure, ainsi qu’un fragment de la dernière ligne d’inscription située tout à fait au bas de la paroi.
KIU5641



KIU5409 /  Embrasure ouest (Opet 104) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5409



Soffite


KIU4825 /  Soffite (Opet 103, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4825




Paroi est

1er registre


KIU5411 /  (Opet 111-113) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5411



2e registre


KIU5240 /  01.n (Opet 123) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5240



KIU4838 /  02.n (Opet 122) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4838




Paroi nord

1er registre


KIU5326 /  01.o (Opet 109) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5326



KIU5325 /  02.o (Opet 110) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5325



2e registre


KIU5368 /  Opet 118-121) Ptolémées / Ptolémée Évergète II La gravure de plusieurs signes de la l. 36 est trop grossière ou inachevée pour permettre leur identification.
KIU5368




Paroi ouest

1er registre


KIU5410 /  (Opet 107-108) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5410



2e registre


KIU4837 /  01.s (Opet 116) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU4837



KIU5253 /  02.s (Opet 117) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5253




Paroi sud

1er registre


KIU5320 /  01.e (Opet 105, en bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5320



KIU5314 /  02.e (Opet 106) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5314



2e registre


KIU5313 /  01.e (Opet 114) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5313



KIU5311 /  02.e (Opet 115) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5311




Frise


KIU5413 /  Bandeau est (Opet 125) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5413



KIU5412 /  Bandeau ouest (Opet 124) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5412



KIU5414 /  Frise Ptolémées / Ptolémée Évergète II Les légendes des quatre vents ont un parallèle partiel dans la frise de la salle centrale (KIU 1780).
KIU5414



Salle sud

Porte

Face extérieure


KIU5634 /  Linteau (Opet 126, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5634



KIU5635 /  Montant est (Opet 126-127, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5635



KIU5636 /  Montant ouest (Opet 126-127, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Deux fragments ont été replacés lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU5636



Tableaux extérieurs


KIU5638 /  Est (Opet 128, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5638



KIU5639 /  Ouest (Opet 129, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5639



Embrasures


KIU5640 /  Embrasure est (Opet 128, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Plusieurs blocs ont été replacés dans l’angle inférieur droit lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU5640



KIU5642 /  Embrasure ouest (Opet 129, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5642



Plafond


KIU5695 /  Plafond Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5695



Soffite


KIU5637 /  Soffite (Opet 127, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5637




Paroi est

1er registre


KIU1956 /  (Opet 135-136) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1956



2e registre


KIU1966 /  01.s (Opet 145) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1966



KIU1965 /  02.s (Opet 144) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1965




Paroi nord

1er registre


KIU2031 /  01.o (Opet 130 gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2031



KIU2030 /  02.o (Opet 130, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2030



KIU2035 /  03.o (Opet 132) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Plusieurs blocs ont été replacés dans l’angle inférieur gauche lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU2035



2e registre



KIU2034 /  01.o (Opet 137) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2034



KIU2033 /  02.o (Opet 137) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2033



KIU2037 /  03.o (Opet 138) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2037



KIU2036 /  04.o Hymne (Opet 139) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2036




Paroi ouest

1er registre


KIU1996 /  01.s (Opet 132, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1996



KIU1995 /  02.s (Opet 131, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1995



KIU1994 /  03.s (Opet 131, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1994



2e registre


KIU1997 /  (Opet 140-141) Ptolémées / Ptolémée Évergète II La légende d’Hathor (l. 13-14) possède un parallèle dans une scène de la Porte d’Évergète (KIU 4013 ; <r>1370</r> pl. 28).
KIU1997




Paroi sud

1er registre


KIU2011 /  (Opet 133-134) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2011



2e registre


KIU2013 /  01.e (Opet 143) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2013



KIU2014 /  02.e (Opet 142) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU2014




Frise


KIU1992 /  Bandeau est (Opet 146) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1992



KIU5631 /  Bandeau ouest (Opet 147) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5631



KIU1764 /  Frise Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1764



Sanctuaire

Porte

Linteau extérieur



KIU1795 /  01.n (Opet 150, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II La scène et ses légendes sont en partie identiques au tableau symétrique (KIU 1798).
KIU1795



KIU1797 /  02.n (Opet 150, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1797



KIU1799 /  03.n (Opet 151, bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1799



KIU1798 /  04.n (Opet 151, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II La scène et ses légendes sont en partie identiques au tableau symétrique (KIU 1795).
KIU1798



Montants extérieurs, 1er registre


KIU1787 /  Nord (Opet 148 haut, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1787



KIU1791 /  sud (Opet 148 haut, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1791



Montants extérieurs, 2e registre


KIU1788 /  nord (Opet 148, bas, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1788



KIU1792 /  Sud (Opet 148, bas, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1792



Montants extérieurs, 3e registre


KIU1789 /  nord (Opet 149, haut, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1789



KIU1793 /  Sud (Opet 149, haut, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1793



Montants extérieurs, 4e registre


KIU1790 /  Nord (Opet 149, bas, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1790



KIU1794 /  Sud (Opet 149, bas, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1794



Tableaux extérieurs


KIU5643 /  Tableau nord (Opet 152-153, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II L’embrasure nord de la porte est décorée de frises de signes ouas-ânkh-ouas sur une corbeille.
Le bloc situé dans la partie supérieure droite a été replacé lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU5643



KIU5644 /  Tableau sud (Opet 152-153, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II L’embrasure sud de la porte est décorée de frises de signes ouas-ânkh-ouas sur une corbeille.
Le bloc situé dans la partie inférieure gauche a été replacé lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU5644



Linteau intérieur


KIU1818 /  Linteau (Opet 169, haut) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1818



Plafond


KIU7019 /  Plafond Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le plafond du passage de la porte est décoré d’un vautour aux ailes déployées et d’un disque solaire ailé. Il ne comporte aucune inscription.
KIU7019




Paroi est

1er registre


KIU1820 /  Nord (Opet 155, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1820



KIU1885 /  sud (Opet 155, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1885



2e registre


KIU1888 /  Nord (Opet 159, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1888



KIU1889 /  Sud (Opet 159, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1889



3e registre


KIU1891 /  01.n (Opet 164, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1891



KIU1898 /  02.n (Opet 165) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le signe <i>ḥm</i> de la légende de Cléopâtre III n’a pas été gravé au début de la l. 7 mais à la l. 8.
KIU1898



KIU1893 /  03.n (Opet 164, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1893




Paroi nord


KIU1828 /  1er registre (Opet 157) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1828



KIU1834 /  2<sup>e</sup> registre (Opet 161) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1834



KIU1842 /  3e registre (Opet 167) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Les signes situés à la fin de la l. 10 sont agencés de manière inhabituelle.
KIU1842



Paroi ouest

1er registre


KIU1813 /  nord (Opet 154, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1813



KIU1812 /  sud (Opet 154, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le bloc situé dans la partie inférieure droite a été replacé lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU1812



2e registre


KIU1816 /  Nord (Opet 158, droite) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Le bloc situé dans la partie supérieure gauche a été replacé lors des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU1816



KIU1814 /  Sud (Opet 158, gauche) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1814



3e registre


KIU1817 /  (Opet 162-163) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1817




Paroi sud


KIU1852 /  1<sup>er</sup> registre (Opet 156) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1852



KIU1853 /  2e registre (Opet 160) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1853



KIU1868 /  3e registre (Opet 166) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1868



Niche



KIU1911 /  Façade de la niche (Opet 169, centre et bas) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1911



KIU1946 /  nord (Opet 168) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1946



KIU1948 /  Paroi est (Opet 168) Ptolémées / Ptolémée Évergète II Deux blocs complétant la légende de la déesse ont été replacés au cours des campagnes de restaurations de 2005-2008.
KIU1948



KIU1947 /  sud (Opet 168) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1947



Frise


KIU1819 /  Bandeau nord (Opet 170) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU1819



KIU5645 /  Bandeau sud (Opet 171) Ptolémées / Ptolémée Évergète II
KIU5645



Chapelle sous le sanctuaire

Porte


KIU1748 /  Porte (Opet 183-184) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU1748



KIU1783 /  Tableau nord (Opet 184-185, droite) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU1783



KIU4258 /  Tableau sud (Opet 184-185, gauche) Ptolémées / Ptolémée Néos Dionysos
KIU4258



Paroi est

1er registre


KIU1945 /  nord (Opet 179, haut) Romains / Auguste Sous la scène, le soubassement est composé de motifs végétaux.
KIU1945



2e registre


KIU1955 /  nord (Opet 178, gauche) Romains / Auguste
KIU1955



KIU1993 /  sud (Opet 178, droite) Romains / Auguste
KIU1993




Paroi nord


KIU1800 /  1<sup>er</sup> registre (Opet 177) Romains / Auguste Sous la scène, le soubassement est composé de motifs végétaux.
KIU1800



KIU1954 /  2<sup>e</sup> registre (Opet 176) Romains / Auguste
KIU1954



Paroi ouest

1er registre


KIU1782 /  nord (Opet 175) Romains / Auguste Sous la scène, le soubassement est composé de motifs végétaux.
KIU1782



2e registre


KIU1784 /  nord (Opet 174c) Romains / Auguste
KIU1784




KIU1781 /  Encadrement de la niche (Opet 173, milieu, 174-175, gauche) Romains / Auguste
KIU1781



Paroi sud


KIU2010 /  1<sup>er</sup> registre (Opet 179, bas) Romains / Auguste Sous la scène, le soubassement est composé de motifs végétaux.
KIU2010



KIU4259 /  2<sup>e</sup> registre Romains / Auguste L’inscription comprenait 17 colonnes comme son pendant nord (KIU 1954).
KIU4259



Niche


KIU1770 /  nord (Opet 173, bas) Romains / Auguste
KIU1770



KIU1749 /  ouest (Opet 173, haut) Romains / Auguste Aucune inscription n’est conservée dans cette scène. Un bloc épars complète partiellement la figure de la déesse.
KIU1749



Face extérieure est

1er registre

Moitié nord


KIU5084 /  01.s (Opet 230B) Romains / Auguste La scène est très endommagée. On distingue la silhouette d’un dieu suivi de deux déesses. Seule une partie des inscriptions de la colonne marginale gauche est visible. La scène était peut-être inachevée comme son pendant sud (KIU 5082).
KIU5084



KIU5083 /  02.s Romains / Auguste La scène est très endommagée. On distingue la silhouette de deux dieux accompagnés d’une déesse. La scène était peut-être inachevée comme son pendant sud (KIU 5081). Aucune inscription n’est conservée.
KIU5083



Moitié sud


KIU5081 /  01.s (Opet 229) Romains / Auguste La gravure de la scène est inachevée.
KIU5081



KIU5082 /  02.s (Opet 230A) Romains / Auguste La gravure de la scène est inachevée.
KIU5082




Bandeaux


KIU5079 /  Nord (Opet 228A) Romains / Auguste
KIU5079



KIU5080 /  Sud (Opet 228B) Romains / Auguste
KIU5080



Soubassement

1er registre nord






KIU4114 /  01.s (Opet 188 gauche) Romains / Auguste
KIU4114



KIU4115 /  02.s (Opet 188 droite) Romains / Auguste
KIU4115



KIU4116 /  03.s (Opet 189 gauche) Romains / Auguste
KIU4116



KIU4117 /  04.s (Opet 189 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> IV, 22, 12).
KIU4117



KIU4118 /  05.s (Opet 190 gauche) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> II<sup>2</sup>, 182, 5).
La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> IV, 23, 10).
KIU4118



KIU4119 /  06.s (Opet 190 droite) Romains / Auguste
KIU4119



KIU4120 /  07.s (Opet 191 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 95, n° 201).
KIU4120



KIU4121 /  08.s (Opet 191 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 95, no. 204, 7) et à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 26, 3).
KIU4121



KIU4122 /  09.s (Opet 192 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> IV, 27, 3).
KIU4122



KIU4197 /  10.s (Opet 192 droite) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Opet (<em>Opet</em> I, 249 gauche = KIU 3975) et à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 97, no. 208, 6).
La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> IV, 27, 15) et à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 97, n° 208, 7).
KIU4197



KIU4198 /  11.s (Opet 193 gauche) Romains / Auguste Les l. 5 et 7 possèdent un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> IV, 28, 11-12).
KIU4198



KIU4199 /  12.s (Opet 193 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 29, 11) et à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 99, no. 215, 7).
KIU4199



KIU4200 /  13.s (Opet 194 gauche) Romains / Auguste Les l. 5 et 7 possèdent un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 31, 7-8).
KIU4200



KIU4201 /  14.s (Opet 194 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 32, 7).
KIU4201



KIU4202 /  15.s (Opet 195 gauche) Romains / Auguste Les l. 5 et 7 possèdent un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 33, 4-5).
La l. 7 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 102, no. 226, 7).
KIU4202



KIU4203 /  16.s (Opet 195 droite) Romains / Auguste
KIU4203



KIU4204 /  17.s (Opet 196) Romains / Auguste
KIU4204



KIU4205 /  Bandeau (Opet 186-187) Romains / Auguste
KIU4205



1er registre sud






KIU4210 /  01.n (Opet 209 droite) Romains / Auguste
KIU4210



KIU4211 /  02.n (Opet 209 gauche) Romains / Auguste
KIU4211



KIU4082 /  03.n (Opet 210 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 106, 7-8).
KIU4082



KIU4212 /  04.n (Opet 210 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 107, 9-10).
KIU4212



KIU4213 /  05.n (Opet 211 droite) Romains / Auguste
KIU4213



KIU4214 /  06.n (Opet 211 gauche) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 109, 5).
La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 109, 7).
KIU4214



KIU4215 /  07.n (Opet 212 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 110, 2-3).
KIU4215



KIU4083 /  08.n (Opet 212 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 110, 14-15).
KIU4083



KIU4216 /  09.n (Opet 213 droite) Romains / Auguste La l. 2 possède probablement un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 111, 8).
KIU4216



KIU4217 /  10.n (Opet 213 gauche) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 112, 7).
La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 112, 9-10).
KIU4217



KIU4218 /  11.n (Opet 214 droite) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 113, 2).
La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 113, 5-6) et à Kôm Ombo (<em>KO</em> 888 gauche).
KIU4218



KIU4219 /  12.n (Opet 214 gauche) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 113, 14).
KIU4219



KIU4220 /  13.n (Opet 215 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 115, 1-2).
KIU4220



KIU4221 /  14.n (Opet 215 gauche) Romains / Auguste
KIU4221



KIU4222 /  15.n (Opet 216 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<em>Edfou</em> V, 116, 8-9).
KIU4222



KIU4223 /  16.n (Opet 216 gauche) Romains / Auguste
KIU4223



KIU4224 /  17.n (Opet 217) Romains / Auguste
KIU4224



KIU4225 /  Bandeau (Opet 208) Romains / Auguste
KIU4225



2e registre nord






KIU3883 /  01.s (Opet 199) Romains / Auguste
KIU3883



KIU3913 /  02.s (Opet 200 gauche) Romains / Auguste
KIU3913



KIU3916 /  03.s (Opet 200 droite) Romains / Auguste
KIU3916



KIU3920 /  04.s (Opet 201 gauche) Romains / Auguste
KIU3920



KIU3924 /  05.s (Opet 201 droite) Romains / Auguste
KIU3924



KIU3932 /  06.s (Opet 202 gauche) Romains / Auguste La scène possède un parallèle à Kôm Ombo (<em>KO</em> 66 gauche).
KIU3932



KIU3933 /  07.s (Opet 202 droite) Romains / Auguste
KIU3933



KIU3935 /  08.s (Opet 203 gauche) Romains / Auguste L. 5 et 6 possèdent un parallèle à Deir Chelouit (<em>Deir Chelouit</em> III, n<sup>o</sup> 98).
KIU3935



KIU3940 /  09.s (Opet 203 droite) Romains / Auguste Les l. 5-6 possèdent un parallèle partiel à Edfou et à Dendara (<em>Edfou</em> I<sup>2</sup>, 469, 2-3 ; <em>Dendara</em> IV 189, 2).
KIU3940



KIU3941 /  10.s (Opet 204 gauche) Romains / Auguste
KIU3941



KIU3782 /  11.s (Opet 204 droite) Romains / Auguste La scène possède un parallèle à Kôm Ombo (<em>KO</em> 67 gauche).
KIU3782



KIU3783 /  12.s (Opet 205 gauche) Romains / Auguste
KIU3783



KIU3784 /  13.s (Opet 205 droite) Romains / Auguste
KIU3784



KIU3785 /  14.s (Opet 206 gauche) Romains / Auguste
KIU3785



KIU3786 /  15.s (Opet 206 droite) Romains / Auguste
KIU3786



KIU3942 /  16.s (Opet 207 gauche) Romains / Auguste Les l. 5-7 possèdent des parallèles partiels à Edfou et à Dendara (<em>Edfou</em> IV, 199, 2-3 ; <em>Dendara</em> XII, 8, 11-12).
KIU3942



KIU3943 /  17.s (Opet 207 droite) Romains / Auguste
KIU3943



KIU4208 /  Bandeau (Opet 197-198) Romains / Auguste
KIU4208



2e registre sud






KIU4080 /  01.n (Opet 220) Romains / Auguste
KIU4080



KIU4079 /  02.n (Opet 221 droite) Romains / Auguste
KIU4079



KIU4081 /  03.n (Opet 221 gauche) Romains / Auguste
KIU4081



KIU4100 /  04.n (Opet 222 droite) Romains / Auguste
KIU4100



KIU4101 /  05.n (Opet 222 gauche) Romains / Auguste La scène possède un parallèle partiel à Kom Ombo (<em>KO</em> 63 droite).
KIU4101



KIU4102 /  06.n (Opet 223 haut, droite) Romains / Auguste
KIU4102



KIU4103 /  07.n (Opet 223 haut, gauche) Romains / Auguste
KIU4103



KIU4104 /  08.n (Opet 223 bas, droite) Romains / Auguste Cette scène possède un parallèle partiel dans le temple de Kôm Ombo (<i>KO</i> 65, gauche).
KIU4104



KIU4105 /  09.n (Opet 223 bas, gauche) Romains / Auguste Entre cette scène et la suivante, un espace non décoré a été réservé sur le mur. Il recevait probablement un mur fermant le passage entre le temple d’Opet et le pylône du temple de Khonsou.
KIU4105



KIU4106 /  10.n (Opet 224 droite) Romains / Auguste
KIU4106



KIU4107 /  11.n (Opet 224 gauche) Romains / Auguste La scène possède un parallèle partiel à Kom Ombo (<em>KO</em> 66 droite) représentant Anubis « chef des bouchers » (<i>ḥry-tp mnḥw</i>).
KIU4107



KIU4108 /  12.n (Opet 225 droite) Romains / Auguste La scène possède un parallèle partiel à Kôm Ombo (<em>KO</em> 67 droite).
KIU4108



KIU4109 /  13.n (Opet 225 gauche) Romains / Auguste La scène possède un parallèle partiel à Kôm Ombo (<em>KO</em> 68 droite).
KIU4109



KIU4110 /  14.n (Opet 226 droite) Romains / Auguste La scène possède un parallèle à Kôm Ombo (<em>KO</em> 68 gauche).
KIU4110



KIU4111 /  15.n (Opet 226 gauche) Romains / Auguste
KIU4111



KIU4112 /  16.n (Opet 227 droite) Romains / Auguste La scène possède un parallèle partiel à Kôm Ombo (<em>KO</em> 64 droite).
KIU4112



KIU4113 /  17.n (Opet 227 gauche) Romains / Auguste La scène possède un parallèle partiel à Kôm Ombo (<em>KO</em> 69 droite).
KIU4113



KIU4209 /  Bandeau (Opet 218-219) Romains / Auguste
KIU4209




Face extérieure nord


KIU4166 /  Bandeau (Opet 231 haut) Romains / Auguste L’inscription est à demi parallèle avec son pendant sud (KIU 4227), ce qui permet de compléter certains passages lacunaires. La gravure est incomplète : il manque la fin du texte et une portion située environ aux deux tiers de sa longueur.
KIU4166



1er registre


KIU4206 /  01.e (Opet 231 bas, gauche) Romains / Auguste La gravure est restée inachevée. Il s’agit sans doute d’une scène d’offrande du <i>mks</i>/<i>jmyt-pr</i>, symétrique à celle représentée sur le mur sud (KIU 4237).
KIU4206



KIU4207 /  02.e (Opet 231 bas, droite) Romains / Auguste La gravure est restée inachevée.
KIU4207



Soubassement

1er registre





KIU3949 /  01.e (Opet 235) Romains / Auguste
KIU3949



KIU3952 /  02.e (Opet 237 gauche) Romains / Auguste
KIU3952



KIU3953 /  03.e (Opet 237 droite) Romains / Auguste
KIU3953



KIU3956 /  04.e (Opet 239 gauche) Romains / Auguste
KIU3956



KIU3957 /  05.e (Opet 239 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 93, n° 193, 7).
KIU3957



KIU3960 /  06.e (Opet 241 gauche) Romains / Auguste
KIU3960



KIU3961 /  07.e (Opet 241 droite) Romains / Auguste La l. 6 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 24, 1-2).
KIU3961



KIU3964 /  08.e (Opet 243 gauche) Romains / Auguste
KIU3964



KIU3965 /  09.e (Opet 243 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 94, n° 198, 7).
KIU3965



KIU3968 /  10.e (Opet 245 gauche) Romains / Auguste
KIU3968



KIU3969 /  11.e (Opet 245 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 95, n° 202).
KIU3969



KIU3972 /  12.e (Opet 247 gauche) Romains / Auguste
KIU3972



KIU3947 /  Bandeau (Opet 233) Romains / Auguste L’inscription est restée inachevée.
KIU3947



2e registre






KIU3948 /  01.e (Opet 234) Romains / Auguste
KIU3948



KIU3950 /  02.e (Opet 236 gauche) Romains / Auguste
KIU3950



KIU3951 /  03.e (Opet 236 droite) Romains / Auguste
KIU3951



KIU3954 /  04.e (Opet 238 gauche) Romains / Auguste
KIU3954



KIU3955 /  05.e (Opet 238 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 22, 9).
KIU3955



KIU3958 /  06.e (Opet 240 gauche) Romains / Auguste
KIU3958



KIU3959 /  07.e (Opet 240 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> IV, 23, 6-7 ; <i>E Mammisi</i>, 65, 6).
KIU3959



KIU3962 /  08.e (Opet 242 gauche) Romains / Auguste
KIU3962



KIU3963 /  09.e (Opet 242 droite) Romains / Auguste
KIU3963



KIU3966 /  10.e (Opet 244 gauche) Romains / Auguste
KIU3966



KIU3967 /  11.e (Opet 244 droite) Romains / Auguste
KIU3967



KIU3970 /  12.e (Opet 246 gauche) Romains / Auguste
KIU3970



KIU3971 /  13.e (Opet 246 droite) Romains / Auguste
KIU3971



KIU3973 /  14.e (Opet 248 gauche) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 192, 1).
KIU3973



KIU3974 /  15.e (Opet 248 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 26, 12).
KIU3974



KIU3975 /  16.e (Opet 249 gauche) Romains / Auguste La l. 4 possède deux parallèles partiels dans le soubassement du mur est (<i>Opet</i> I, 192 droite = KIU 4197) et à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 97 n° 208, 6).
KIU3975



KIU3976 /  17.e (Opet 249 droite) Romains / Auguste La scène est restée inachevée.
KIU3976



KIU3946 /  Bandeau (Opet 232) Romains / Auguste L’inscription est restée inachevée.
KIU3946




Face extérieure sud


KIU4227 /  Bandeau (Opet 250-251) Romains / Auguste L’inscription est à demi parallèle avec son pendant nord (KIU 4166), ce qui permet de compléter certains passages lacunaires. La fin du texte courant sur la partie avant du temple, de la cour au pylône, n’est pas conservée.
KIU4227



1er registre




KIU4228 /  01.o (Opet 252) Romains / Auguste Un bloc découvert lors des fouilles menées dans la cour du temple d’Opet (O.168022-8 ; G. Charloux, <i>loc. cit.</i>; photo 117237) complète la scène au niveau des légendes du roi et du dieu.
KIU4228



KIU4229 /  02.o (Opet 253) Romains / Auguste La l. 3 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> I, 253,2) et dans le temple de Ptah de Karnak (<i>Ptah</i>, n° 36, 2 = KIU 2489, l. 2).
KIU4229



KIU4230 /  03.o (Opet 254) Romains / Auguste
KIU4230



KIU4231 /  04.o (Opet 255) Romains / Auguste
KIU4231



KIU4232 /  05.o (Opet 256) Romains / Auguste
KIU4232



KIU4233 /  06.o (Opet 257) Romains / Auguste
KIU4233



KIU4234 /  07.o (Opet 258) Romains / Auguste
KIU4234



KIU4235 /  08.o (Opet 259) Romains / Auguste
KIU4235



KIU4236 /  09.o (Opet 260) Romains / Auguste Les l. 1 et 2 possèdent deux parallèles partiels à Dendara (<i>Dend.</i> II, 181, 1-2 ; XIV, 78, 2-3).
KIU4236



KIU4237 /  10.o (Opet 261) Romains / Auguste Les l. 1 et 2 possèdent un parallèle à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 260, 8-9).
KIU4237



2e registre



KIU5157 /  01.o Romains / Auguste La scène est inachevée. Seuls ont été gravés le torse et les bras du dieu trônant à droite et le poing fermé du roi faisant l’offrande au dieu.
KIU5157



KIU4238 /  02.o (Opet 262) Romains / Auguste
KIU4238



KIU4239 /  03.o (Opet 263) Romains / Auguste
KIU4239



KIU4240 /  04.o (Opet 263) Romains / Auguste De la scène il ne reste qu’un fragment de la colonne marginale gauche.
KIU4240



Soubassement

1er registre


















KIU3626 /  01.e (Opet 269) Romains / Auguste
KIU3626



KIU3630 /  02.e (Opet 271 droite) Romains / Auguste Sur la lecture du nom du péhou Sementy, voir R. Hannig, <i>Ägytisches Wörterbuch</i> I, 2003, p. 1127.
KIU3630



KIU3631 /  03.e (Opet 271 gauche) Romains / Auguste Le déterminatif de <i>ww</i> (signe N26 <i>ḏw</i>) est vraisemblablement une erreur du lapicide pour les déterminatifs habituels du vocable N21 et le trait Z1.
La l. 1 possède un parallèle partiel à Edfou et Dendara (<i>Edfou</i> V, 107, 1 ; <i>Dendara</i> XII, 60, 6).
KIU3631



KIU3636 /  04.e (Opet 273 droite) Romains / Auguste
KIU3636



KIU3637 /  05.e (Opet 273 gauche) Romains / Auguste
KIU3637



KIU3640 /  06.e (Opet 275 droite) Romains / Auguste
KIU3640



KIU3641 /  07.e (Opet 275 gauche) Romains / Auguste La l. 1 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 108, 13) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 62, 2-3).
KIU3641



KIU3645 /  08.e (Opet 277 droite) Romains / Auguste
KIU3645



KIU3646 /  09.e (Opet 277 gauche) Romains / Auguste La l. 1 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 109, 9) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 63, 2).
KIU3646



KIU3787 /  10.e (Opet 279 droite) Romains / Auguste
KIU3787



KIU3788 /  11.e (Opet 279 gauche) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 110, 6).
KIU3788



KIU3791 /  12.e (Opet 281 droite) Romains / Auguste
KIU3791



KIU3792 /  13.e (Opet 281 gauche) Romains / Auguste La l. 2 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 111, 2-3).
KIU3792



KIU3795 /  14.e (Opet 283 droite) Romains / Auguste
KIU3795



KIU3796 /  15.e (Opet 283 gauche) Romains / Auguste La l. 6 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 112, 1-2).
KIU3796



KIU3800 /  16.e (Opet 285 droite) Romains / Auguste
KIU3800



KIU3801 /  17.e (Opet 285 gauche) Romains / Auguste La l. 2 possède un parallèle partiel à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 79, n° 168).
KIU3801



KIU3813 /  18.e (Opet 287 droite) Romains / Auguste
KIU3813



KIU3814 /  19.e (Opet 287 gauche) Romains / Auguste
KIU3814



KIU3817 /  20.e (Opet 289 droite) Romains / Auguste
KIU3817



KIU3818 /  21.e (Opet 289 gauche) Romains / Auguste
KIU3818



KIU3824 /  22.e (Opet 291 gauche) Romains / Auguste La l. 2 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 115, 16-17) et à Dendara (<i>Temple d’Isis</i>, 11, 18).
KIU3824



KIU3827 /  23.e (Opet 293 droite) Romains / Auguste
KIU3827



KIU3828 /  24.e (Opet 293 gauche) Romains / Auguste
KIU3828



KIU3834 /  25.e (Opet 295 droite) Romains / Auguste
KIU3834



KIU3835 /  26.e (Opet 295 gauche) Romains / Auguste
KIU3835



KIU3839 /  27.e (Opet 297 droite) Romains / Auguste
KIU3839



KIU3840 /  28.e (Opet 297 gauche) Romains / Auguste La l. 2 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 118, 8-9).
KIU3840



KIU3844 /  29.e (Opet 299 droite) Romains / Auguste
KIU3844



KIU3845 /  30.e (Opet 299 gauche) Romains / Auguste
KIU3845



KIU3848 /  31.e (Opet 301 droite) Romains / Auguste
KIU3848



KIU3849 /  32.e (Opet 301 gauche) Romains / Auguste La l. 6 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 120, 2-3).
KIU3849



KIU3852 /  33.e (Opet 303 droite) Romains / Auguste
KIU3852



KIU3853 /  34.e (Opet 303 gauche) Romains / Auguste
KIU3853



KIU3857 /  35.e (Opet 305 droite) Romains / Auguste
KIU3857



KIU3859 /  36.e (Opet 307 droite) Romains / Auguste
KIU3859



KIU3860 /  37.e (Opet 307 gauche) Romains / Auguste La l. 6 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 122, 7).
KIU3860



KIU3861 /  38.e (Opet 308 droite) Romains / Auguste
KIU3861



KIU3862 /  39.e (Opet 308 gauche) Romains / Auguste La l. 2 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 123, 3).
KIU3862



KIU3863 /  40.e (Opet 309 droite) Romains / Auguste
KIU3863



KIU3864 /  41.e (Opet 309 gauche) Romains / Auguste Les l. 1 et 2 possèdent des parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 123, 14-15).
KIU3864



KIU3865 /  42.e (Opet 310 droite) Romains / Auguste
KIU3865



KIU3866 /  43.e (Opet 310 centre) Romains / Auguste
KIU3866



KIU3867 /  44.e (Opet 310 gauche) Romains / Auguste
KIU3867



KIU3870 /  45.e (Opet 311 droite) Romains / Auguste
KIU3870



KIU3871 /  46.e (Opet 311 gauche) Romains / Auguste
KIU3871



KIU3872 /  47.e (Opet 312 droite) Romains / Auguste
KIU3872



KIU3873 /  48.e (Opet 312 gauche) Romains / Auguste
KIU3873



KIU3874 /  49.e (Opet 313 droite) Romains / Auguste
KIU3874



KIU3875 /  50.e (Opet 313 centre) Romains / Auguste
KIU3875



KIU3876 /  51.e (Opet 313 gauche) Romains / Auguste
KIU3876



KIU3877 /  52.e (Opet 314 droite) Romains / Auguste
KIU3877



KIU3878 /  53.e (Opet 314 gauche) Romains / Auguste
KIU3878



KIU3879 /  54.e (Opet 315 droite) Romains / Auguste Les l. 6-7 possèdent un parallèle partiel à Kôm Ombo (KO 623).
KIU3879



KIU3880 /  55.e (Opet 315 gauche) Romains / Auguste
KIU3880



KIU3898 /  56.e (Opet 316 droite) Romains / Auguste
KIU3898



KIU3899 /  57.e (Opet 316 gauche) Romains / Auguste
KIU3899



KIU3902 /  58.e (Opet 317 droite) Romains / Auguste
KIU3902



KIU3903 /  59.e (Opet 317 gauche) Romains / Auguste
KIU3903



KIU3925 /  60.e (Opet 322 droite) Romains / Auguste
KIU3925



KIU3926 /  61.e (Opet 322 centre) Romains / Auguste
KIU3926



KIU3927 /  62.e (Opet 322 gauche) Romains / Auguste
KIU3927



KIU3928 /  63.e (Opet 323 droite) Romains / Auguste
KIU3928



KIU3929 /  64.e (Opet 323 gauche) Romains / Auguste Aucune inscription n’est conservée pour cette scène.
KIU3929



KIU3930 /  65.e (Opet 324 droite) Romains / Auguste
KIU3930



KIU3931 /  66.e (Opet 324 gauche) Romains / Auguste
KIU3931



KIU3939 /  Bandeau (Opet 266-267) Romains / Auguste Contrairement au remontage actuel du mur visible sur les photographies, quatre blocs ne sont pas à leur place d’origine. Trois seulement peuvent être replacés (fin du bandeau) ; le quatrième devient un bloc épars (l. 2, « bloc épars 1 »). Le « bloc épars 2 » (l. 3), signalé par C. De Wit (<i>Opet</i> I, 325), est aujourd’hui conservé dans le magasin du Cheikh Labib (photo n° 157228).
Le bloc de la photo 147003 complète le bandeau au niveau de la moitié ouest (cf. photo n° 141268). Il avait été remis en place avant la publication de C. De Wit et a de nouveau été replacé par l’équipe de restauration du CFEETK en avril 2015 (photo n° 166317).
La transcription ci-dessous tient compte de ces modifications.
KIU3939



2e registre















KIU3625 /  01.e (Opet 268) Romains / Auguste
KIU3625



KIU3627 /  02.e (Opet 270 droite) Romains / Auguste
KIU3627



KIU3629 /  03.e (Opet 270 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 106, 5 ; <i> E Mammisi</i>, 59, 8).
KIU3629



KIU3634 /  04.e (Opet 272 droite) Romains / Auguste La l. 5 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 108, 5) et Dendara (<i>Dend.</i> XII, 61, 7).
KIU3634



KIU3635 /  05.e (Opet 272 gauche) Romains / Auguste
KIU3635



KIU3638 /  06.e (Opet 274 droite) Romains / Auguste La l. 4 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 108, 10) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 61, 16).
KIU3638



KIU3639 /  07.e (Opet 274 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 108, 8 ; <i>E Mammisi</i>, 59, 14).
KIU3639



KIU3643 /  08.e (Opet 276 droite) Romains / Auguste
KIU3643



KIU3644 /  09.e (Opet 276 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 109, 5 ; <i>E Mammisi</i>, 59, 17).
KIU3644



KIU3647 /  10.e (Opet 278 droite) Romains / Auguste La l. 3 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 109, 14) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 63, 11).
KIU3647



KIU3648 /  11.e (Opet 278 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 109, 15-16 ; <i>E Mammisi</i>, 60, 2).
KIU3648



KIU3789 /  12.e (Opet 280 droite) Romains / Auguste La l. 3 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 110, 14) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 64, 15-16).
KIU3789



KIU3790 /  13.e (Opet 280 gauche) Romains / Auguste
KIU3790



KIU3793 /  14.e (Opet 282 droite) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 112, 4-5).
KIU3793



KIU3794 /  15.e (Opet 282 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 111, 8-9).
KIU3794



KIU3798 /  16.e (Opet 284 droite) Romains / Auguste
KIU3798



KIU3799 /  17.e (Opet 284 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 112, 7 ; <i>E Mammisi</i>, 60, 11).
KIU3799



KIU3811 /  18.e (Opet 286 droite) Romains / Auguste La l. 5 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 113, 11-12).
KIU3811



KIU3812 /  19.e (Opet 286 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 113, 2-3).
KIU3812



KIU3815 /  20.e (Opet 288 droite) Romains / Auguste La l. 5 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 114, 8) et à Médamoud (É. Drioton, <i>Rapport sur les fouilles de Médamoud, 1925</i>, <i>FIFAO</i> 3/2, 1926, p. 86, n° 177).
KIU3815



KIU3816 /  21.e (Opet 288 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 113, 14-15 ; <i>E Mammisi</i>, 60, 17).
KIU3816



KIU3820 /  22.e (Opet 290 droite) Romains / Auguste Pour la l. 7, comparer avec la version d’Edfou (<i>Edfou</i> V, 115, 7-8) : <i>ntk sʿḥ ḥḥ n(y) jtrw m ḥpt</i>.
La couronne du dieu, de taille anormalement petite, a sans doute été ajoutée postérieurement.
KIU3820



KIU3821 /  23.e (Opet 290 gauche) Romains / Auguste La l. 6 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 114, 10-11 ; <i>E Mammisi</i>, 61, 2).
KIU3821



KIU3822 /  24.e (Opet 291 droite) Romains / Auguste
KIU3822



KIU3823 /  25.e (Opet 291 centre) Romains / Auguste
KIU3823



KIU3825 /  26.e (Opet 292 droite) Romains / Auguste
KIU3825



KIU3826 /  27.e (Opet 292 gauche) Romains / Auguste La l. 2 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 116, 5-6 ; <i>E Mammisi</i>, 61, 8).
KIU3826



KIU3832 /  28.e (Opet 294 droite) Romains / Auguste Les l. 3 et 4 possèdent deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V,  117, 7 ; 13-14) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 72, 16 ; 73, 7).
KIU3832



KIU3833 /  29.e (Opet 294 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 117, 4-5).
KIU3833



KIU3836 /  30.e (Opet 296 droite) Romains / Auguste
KIU3836



KIU3837 /  31.e (Opet 296 gauche) Romains / Auguste Comparer la l. 7 avec les versions d’Edfou (<i>Edfou</i> V, 118, 2-3 ; <i> E Mammisi</i>, 61, 14 : <i>ntk ḫw m ṯȝw⸗f nṯr šps sȝ Ḫmnw</i>).
KIU3837



KIU3842 /  32.e (Opet 298 droite) Romains / Auguste
KIU3842



KIU3843 /  33.e (Opet 298 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 118, 14-15).
KIU3843



KIU3846 /  34.e (Opet 300 droite) Romains / Auguste La l. 6 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 119, 14) et à Dendara (<i>Dend.</i> XII, 75, 16).
KIU3846



KIU3847 /  35.e (Opet 300 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède deux parallèles partiels à Edfou (<i>Edfou</i> V, 119, 11-12 ; <i>E Mammisi</i>, 62, 2).
KIU3847



KIU3850 /  36.e (Opet 302 droite) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 121, 2-3).
KIU3850



KIU3851 /  37.e (Opet 302 gauche) Romains / Auguste La l. 7 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>Edfou</i> V, 120, 8-9).
KIU3851



KIU3855 /  38.e (Opet 304 droite) Romains / Auguste
KIU3855



KIU3856 /  39.e (Opet 304 gauche) Romains / Auguste Comparer la l. 7 avec la version d’Edfou (<i>Edfou</i> V, 121, 5-6). Sur la lecture du nom de la province, voir J. OSING, « Zum Namen des Gaues von Oxyrhynchus », dans E.-M. Engel, V. Müller, U. Hartung (éd.), <em>Zeichen aus dem Sand. Streiflichter aus Ägyptens Geschichte zu Ehren von Günter Dreyer</em>, <em>MENES</em> 5, 2008, p. 517-524.
KIU3856



KIU3858 /  40.e (Opet 306 droite) Romains / Auguste
KIU3858



KIU3904 /  41.e (Opet 318 droite) Romains / Auguste
KIU3904



KIU3905 /  42.e (Opet 318 centre, droite) Romains / Auguste
KIU3905



KIU3906 /  43.e (Opet 318 centre, gauche) Romains / Auguste
KIU3906



KIU3907 /  44.e (Opet 318 gauche) Romains / Auguste
KIU3907



KIU3912 /  45.e (Opet 319 droite) Romains / Auguste
KIU3912



KIU3914 /  46.e (Opet 319 centre) Romains / Auguste
KIU3914



KIU3915 /  47.e (Opet 319 gauche) Romains / Auguste
KIU3915



KIU3917 /  48.e (Opet 320 droite) Romains / Auguste
KIU3917



KIU3918 /  49.e (Opet 320 centre) Romains / Auguste
KIU3918



KIU3919 /  50.e (Opet 320 gauche) Romains / Auguste
KIU3919



KIU3921 /  51.e (Opet 321 droite) Romains / Auguste
KIU3921



KIU3922 /  52.e (Opet 321 centre) Romains / Auguste La l. 1 possède un parallèle partiel à Edfou (<i>E Mammisi</i>, 58, 4-5).
KIU3922



KIU3923 /  53.e (Opet 321 gauche) Romains / Auguste
KIU3923



KIU3938 /  Bandeau (Opet 264-265) Romains / Auguste La première partie du texte est identique à celle du bandeau supérieur de la face nord (Opet 232 = KIU 3946).
KIU3938





Bibliographie sélective

Inventaire , KIU 1747.
PM II2, p. 244-252.
Description de l’Égypte. Antiquités III, pl. 58-64 .
A.C. HARRIS, Hieroglyphical standards representing places in Egypt supposed to be its nomes and toparchies, Londres, 1852, pl. E, p. 6-7 .
J.-Fr. CHAMPOLLION, Monuments de l’Égypte et de la Nubie. Notices descriptives conformes aux manuscrits autographes rédigés sur les lieux par Champollion le Jeune II, Paris, 1844, p. 244-253 .
M. de ROCHEMONTEIX, « Le temple d’Apet où est engendré l’Osiris de Thèbes » « Le temple d’Apet où est engendré l’Osiris de Thèbes », RecTrav 3, 1882, p. 72-86 .
M. de ROCHEMONTEIX, « Le temple d’Apet où est engendré l’Osiris de Thèbes. II. De la décoration » « Le temple d’Apet où est engendré l’Osiris de Thèbes. II. De la décoration », RecTrav 6, 1885, p. 21-35 .
A. BAILLET, « Le temple d’Apet à Carnac » « Le temple d’Apet à Carnac », RecTrav 20, 1898, , p. 100-111 .
G. LEGRAIN, « Le temple et les chapelles d’Osiris à Karnak. II » « Le temple et les chapelles d’Osiris à Karnak. II », RecTrav 23, 1901, p. 65-68 .
G. JÉQUIER, L’architecture et la décoration dans l’ancienne Égypte 3. Les temples ptolémaïques et romains, Paris, 1924, p. 2-3, pl. 7 (2-3) et 8 .
H.H. NELSON, <i>Key Plans Showing Locations of Theban Temple Decorations</i> Key Plans Showing Locations of Theban Temple Decorations, OIP 56, 1941, pl. 13 (fig. 4) .
A. VARILLE, « La grande porte du temple d’Apet à Karnak » « La grande porte du temple d’Apet à Karnak », ASAE 53, 1955, p. 79-80 .
C. DE WIT, « Einige Bemerkungen zu den Inschriften des Epet-Tempels zu Karnak », WZKM 54, 1957, p. 234-239 .
Fr. DAUMAS, Les mammisis des temples égyptiens, AUL 32, 1958, p. 37-41 .
C. DE WIT, Les inscriptions du temple d’Opet, à Karnak, BiAeg 11, 1958, .
C. DE WIT, Les inscriptions du temple d’Opet, à Karnak II, BiAeg 12, 1962, .
C. DE WIT, Les inscriptions du temple d’Opet, à Karnak III. Traduction intégrale des textes rituels. Essai d’interprétation, BiAeg 13, 1968, .
M. AZIM, « À propos du pylône du temple d’Opet à Karnak » « À propos du pylône du temple d’Opet à Karnak », Karnak 8, 1987, p. 51-80 .
G. HÖLBL, Altägypten im Römischen Reich. Der römische Pharao und seine Tempel. I. Römische Politik und altägyptische Ideologie von Augustus bis Diocletian, Tempelbau in Oberägypten, Mayence, 2000, p. 54-55, fig. 48, et p. 57, fig. 51-52 .
B. CHAZALY, E. LAROZE, « Le relevé par scannage 3D du temple d’Opet à Karnak, Égypte » « Le relevé par scannage 3D du temple d’Opet à Karnak, Égypte », Revue XYZ 102, 2005, p. 21-26 .
A. PAULET, « Morphologie et graphies des formes verbales sḏm.n=f et sḏm=f dans les inscriptions du temple d’Opet », CdE 81/161-162, 2006, p. 77-93 .
Fr. HERKLOTZ, Prinzeps und Pharao. Der Kult des Augustus in Ägypten, Oikumene 4, 2007, p. 178-179 .
A. PAULET, « Les changements phonétiques en ptolémaïque : quelques exemples issus des textes du temple d’Opet », dans M. Broze, Chr. Cannuyer, Fl. Doyen (éd.), Interprétation, mythes, croyances et images au risque de la réalité, Roland Tefnin (1945-2006) in memoriam, Acta Orientalia Belgica 21, 2008, p. 161-164 .
E. LAROZE, G. CHARLOUX, « Premiers résultats des investigations archéologiques de la mission d’étude du temple d’Opet à Karnak (2006-2008) », CRAIBL 31, 2008, p. 1305-1359 .
G. CHARLOUX, E. LAROZE, R. ANGEVIN, « Karnak : sous le Temple D’Opet » « Karnak : sous le Temple D’Opet », Archéologia 463, 2009, p. 28-39 .
G. CHARLOUX, E. LAROZE, « Recent Excavations at the Opet Temple in the Karnak Temple Complex, Luxor », KMT 20/1, 2009, p. 19-26 .
G. CHARLOUX, « Rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles du parvis du temple d’Opet à Karnak » « Rapport préliminaire sur la première campagne de fouilles du parvis du temple d’Opet à Karnak », Karnak 13, 2010, p. 194-226 .
E. LAROZE, A. OBOUSSIER, « Le programme de restauration du temple d’Opet à Karnak. Campagnes 2005-2008 » « Le programme de restauration du temple d’Opet à Karnak. Campagnes 2005-2008 », Karnak 13, 2010, p. 327-344 .
D. VALBELLE , E. LAROZE, « Un sanctuaire de Thoutmosis III à la déesse Ipy Ouret, édifié à Karnak par le premier prophète d’Amon Menkhéperrêséneb » « Un sanctuaire de Thoutmosis III à la déesse Ipy Ouret, édifié à Karnak par le premier prophète d’Amon Menkhéperrêséneb », Karnak 13, 2010, p. 401-428 .
A. GRAHAM, « Ancient landscapes around the Opet temple, Karnak », EA 36, 2010, p. 25-28 .
E. LAROZE , « Osiris et le temple d’Opet. Apports de l’étude architecturale », dans L. Coulon (éd.), Le culte d’Osiris au Ier millénaire av. J.-C. Découvertes et travaux récents Actes de la table ronde internationale tenue à Lyon Maison de l’Orient et de la Méditerranée (université Lumière-Lyon 2) les 8 et 9 juillet 2005, BdE 153, 2010, p. 219-238 .
E. LAROZE, « Des techniques pour analyser le patrimoine archéologique monumental : le cas du temple d’Opet à Karnak » « Des techniques pour analyser le patrimoine archéologique monumental : le cas du temple d’Opet à Karnak », Société Française de Photogrammétrie de de Télédétection 196, 2011, p. 59-64 .
G. CHARLOUX, Le parvis du temple d’Opet à Karnak, Travaux du CFEETK, BiGen 41, 2012, .
J. KOEK, « “De tempel van zijn verwekking”: de Opettempel in Karnak », dans J. Koek (éd.), Mehen: essays over het oude Egypte, Utrecht, 2013, p. 96-117 .
A. PAULET, « Egyptien de la seconde phase et égyptien de tradition: quelques données issues des textes du temple d’Opet à Karnak », GM 243, 2014, p. 43-48 .


Auteur(s) de la notice : Anaïs Tillier

Création de la fiche : 15/01/2013. Dernière modification : 12/12/2016



Photographie(s) du document :



  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113418
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113419
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113420
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113421
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113422
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113423
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113424
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113425
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113426
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 113427
    2006

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 102616
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90526
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90527
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90528
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90529
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90530
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90531
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90532
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90533
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90534
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90535
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90536
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90537
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90538
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 90539
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 79912
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 79914
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 78098
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 78099
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 78100
    2005

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 63747
    2002

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 53547
    1998

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22579
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22581
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22578
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22583
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22584
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22585
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22588
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22589
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22963
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22969
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 22970
    1982

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 13105
    1974

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 13114
    1974

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 7659
    1972

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 85022
    1970

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 85023
    1970

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 85026
    1970

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 1891
    1969

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 101184
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 101189
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 101190
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 97971
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 97969
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 97970
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 93892
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 93894
    1948

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 83008
    1878

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 83039
    1812

  • Temple d’Opet -   - (KIU 1747) Datation : Ptolémées    Le temple d’Opet a été bâti et décoré entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ier siècle de notre ère.
Il possède sa propre porte monumentale dans l’enceinte de briques crues construite sous Nectanébo Ier (KIU 2271). L’entrée du temple est marquée par un kiosque en grande partie endommagé et inscrit au nom de Ptolémée Néos Dionysos. Du pylône et de la cour, il ne reste que les premières assises des murs. La cour, divisée en deux sections, présente en son centre quelques blocs appartenant à un kiosque de Nectanébo Ier tandis que le pylône pourrait dater de la XXVe dynastie d’après des traces de « martelages en pluie » caractéristiques de la préparation de la gravure du décor.
Le temple proprement dit, mieux conservé, est construit sur un haut soubassement. L’accès à la salle hypostyle par la porte ouest était muni d’une rampe. La porte est décorée au nom de Ptolémée Néos Dionysos tandis que le reste du temple porte les cartouches de Ptolémée Évergète II. Le décor de la salle hypostyle est inachevé ; seuls le plafond, les architraves et les parties hautes des murs est et ouest ont été gravés. La salle hypostyle donne accès au nord à un escalier menant au toit et à la salle des étoffes, au sud à deux salles, la seconde étant symétrique à la salle des étoffes. De cet ensemble, seuls le couloir d’entrée de la salle des étoffes et la porte de son pendant sud ont reçu un décor.
Les salles principales du sanctuaire se composent d’une salle centrale desservant une salle nord, une salle sud et le sanctuaire axial dédié à la déesse Opet. L’ensemble est décoré de reliefs présentant de nombreux restes de polychromie. Les salles nord et sud ont fait l’objet d’un programme de restauration en 2006-2008.
Plusieurs cryptes sont aménagées dans le haut soubassement ainsi que dans les murs attenants au sanctuaire. Ces dernières possèdent un décor peint qui n’est pas traité à ce stade.
Les faces extérieures nord, sud et est du temple d’Opet ont été décorées sous le règne d’Auguste. Du fait de la structure du temple, elles présentent un soubassement double ainsi qu’une chapelle aménagée sous le sanctuaire axial au centre de la face est. Dédiée à Osiris, celle-ci a été décorée sous le règne de Ptolémée Néos Dionysos et communique avec le temple de Khonsou par une porte secondaire. Un escalier en pierre partant de cette porte et descendant sous la chapelle a été découvert lors des fouilles archéologiques de 2006-2008 (voir 2083 p. II.60-62).
Au cours de ces mêmes travaux, des blocs datant de Thoutmosis III ont été mis au jour. Ils attestent qu’un monument dédié à la déesse Opet existait dès la XVIIIe dynastie. Les blocs épars ainsi que les blocs remployés ne sont pas pris en compte à ce stade.
    Cfeetk 12821
    1798-1801









Responsable du projet : Sébastien Biston-Moulin (sebastien.biston-moulin@cnrs.fr)

Collaborateurs : Christophe Thiers / Anaïs Tillier / Cédric Larcher / Gabriella Dembitz / Charlie Labarta / Jérémy Hourdin

Contributions : Ali Abdelhalim Ali (94) Romane Betbeze (277) Sébastien Biston-Moulin (725) Silke Caßor-Pfeiffer (135) Leo Cagnard (208) Marion Claude (288) Laurent Coulon (60) Edwin Dalino (224) Gabriella Dembitz (324) Didier Devauchelle (2) Elsa Fournié (146) Marc Gabolde (2) Luc Gabolde (2) Mohamed Gamal Rashed (49) Mounir Habachy (85) Fanny Hamonic (90) Jérémy Hourdin (849) Marie-Paule Jung (276) Charlie Labarta (1090) Françoise Labrique (94) Cédric Larcher (798) Mélie Louys (256) Dina Metawi (4) Elena Panaite (271) Anne-Hélène Perrot (87) Renaud Pietri (99) René Preys (32) Émeline Pulicani (307) Mohamed Raafat Abbas (4) Laurie Rouvière (164) Chiara Salvador (360) Christophe Thiers (139) Anaïs Tillier (759) Ghislaine Widmer (2) Laurent Coulon, Emmanuel Jambon (1120)

CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – MEA / USR 3172 du CNRS
Équipe ENiM – Égypte Nilotique et Méditerranéenne – UMR 5140 – CNRS / Université Paul Valéry – Montpellier III

3678199 visites - 389 visite(s) aujourd'hui - 2 connecte(s)

© CNRS / S. Biston-Moulin


Karnak (v 0.1.5)

Projet d'index global des inscriptions des temples de Karnak

4713 documents accessibles sur 8803 documents uniques dans le projet.
2246 scènes, 16 stèles, 137 éléments statuaires