Le temple d’Opet - Rapport 2009 (E. Laroze)

 


Le programme d’étude architecturale du temple d’Opet s’est poursuivi cette année, avec l’organisation de deux campagnes sur le terrain. La première s’est déroulée du 1er au 29 novembre 2008 avec une équipe composée de Ghada Ibrahim (inspectrice), Soline Delcros (architecte), Anna Guillou (dessinatrice/ archéologue) et Sylvie Marchand (céramologue/IFAO). Les objectifs étaient multiples :


1) Poursuite du programme de relevé architectural au 1/20e. Le travail a été, pour l’essentiel consacré au relevé des façades et à l’achèvement des dessins de la cour. Le dessin vectorisé des parties extérieures, en plan et en élévation est désormais pratiquement terminé.
2) Relevé épigraphique des blocs. Un catalogue complet des blocs épars et des blocs remployés dans la cour du temple a été entrepris et achevé. Les nombreux fragments de blocs, conservé à l’inté-rieur du monument ont été triés et rangés par lots. Les plus intéressants d’entres eux ont été dessinés. L’identification de certains, a permis de reconnaitre leur apparence au temple. Lorsque cela était possible, ils ont été replacés et collés à leur emplacement d’origine avec l’aide des restaurateurs du CFEETK.
3) Étude du matériel céramique. Les fouilles conduites lors des précédentes campagnes ont exhumé une grande quantité de céramique. Une expertise et une étude approfondie de ce mobilier était nécessaire. Les sept couches d’occupation ont été confirmées ; elles s’échelonnent de la XIe dynastie à l’époque byzantine. Faute de temps, aucune étude statistique par couche n’a malheureu-sement pu être conduite. Des corrections et des compléments de dessins ont en revanche été faits.

 

Bloc RO36 (cl. E. Laroze).

 

Afin de terminer le relevé en plan complet, la zone nord-est de la cour, en partie ré-ensablé, nécessitait quelques nettoyages. De nombreux blocs remployés sont apparus. Si la plupart d’entres eux avaient déjà été observé et relevés par V. Rondot il y a une trentaine d’année, de nouveaux sont apparus. Ils ont été numérotés et relevés. La grande majorité date de la XVIIIe dynastie ; les plus anciens portent les cartouches de Thoutmosis III. Le plus remarquable, le bloc RO36, a été découvert au fond d’un petit sondage entrepris sur le côté nord de la plateforme. Encore enchâssé dans les fondations, il mesure au minimum 1.60 m de large et n’est dégagé que sur une cinquantaine de centimètre de hauteur. La partie visible du décor dévoile une double scène d’offrande répétée symétriquement de part et d’autre de l’axe du bloc. La scène est originale ; le souverain coiffé d’un diadème et d’une couronne-atef tend un ibis à la déesse Opet. Le monument auquel appartient ce bloc semble être de dimensions réduites. La scène pourrait avoir occupé le du mur du fond de cet édifice.
La seconde mission, organisée du 17 au 31 janvier 2009, fut uniquement consacrée à la poursuite des relevés à l’intérieur du temple.
En ce qui concerne le vaste programme de restauration du monument, le projet est arrêté pour des raisons administratives depuis le mois de juin 2008.
Les résultats des premières campagnes de fouilles ont été présentés en octobre 2008 à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Deux articles seront prochainement publiés dans les Cahiers de Karnak 13 : le premier concernera les travaux de restaurations, le second les blocs de Thoutmosis III récemment découvert.





Derničre mise ŕ jour : 10-05-2014

2898101 visites - 116 visite(s) aujourd'hui - 2 connecte(s)
© CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – CSA / USR 3172 du CNRS
Karnak AmbaFrance Caire, S/C Valise diplomatique, 13 rue Louveau, 92438 Chatillon Cedex

CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – USR 3172 du CNRS
  • CNRS - Dépasser les frontièresMSAMAE