ÉTUDES EN COURS ET PUBLICATION ATTENDUES

Read this page in English uk or عربي eg

« Retour


Achevées sur le terrain, plusieurs études seront finalisées au cours du prochain quadriennal, qu’il s’agisse de programmes épigraphiques ou de publications de fouilles plus récentes. Au cours de la phase de rédaction, quelques missions ponctuelles (possiblement associées à d’autre programmes) pourront être réalisées.
 

 Le Xe pylône (S. Bickel, J.-L. Chappaz)


À la fin des années 1980, Jean-Luc Chappaz, Susanne Bickel et une petite équipe ont effectué des recherches au Xe pylône de Karnak dans le cadre d'un programme conjoint CFEETK - Fonds de l'Égyptologie de Genève. Il s'agissait de relevés épigraphiques (Cahiers de Karnak 8, p. 14 ; BSÉG 11, pp. 7-16). Éric Richard, alors coopérant militaire à Karnak, a réalisé le relevé architectural.
Après un relevé épigraphique complet du monument, l'étude a porté principalement sur la porte en granite du Xe pylône et sur les fragments à terre. Une grande partie de ces derniers peut en effet être replacée graphiquement dans les scènes encore en place sur la porte ou permet une restitution partielle des linteaux aujourd'hui perdus. L'ensemble des scènes de la porte, de son avant-porte, du socle du colosse d'Horemheb et des blocs à terre a depuis été dessiné par Michel Jordan sur la base des relevés de terrain et des photographies alors effectués. Jean-Luc Chappaz et Susanne Bickel terminent actuellement la traduction des textes et la description des scènes en vue d'une publication à paraître en 2010.


• La chapelle de barque en calcite d’Amenhotep Ier (J.-Fr. Carlotti, L. Gabolde et al.)


Ce volume constituera le premier de la série Les monuments d’Amenhotep Ier à Karnak. Cette première parution ser a suivie de : II. L’architecture ; III. Le reposoir de barque central et les murs attenants au temple de Sésostris Ier ; IV. Les chapelles périmétrales, Les abattoirs ; V. Les monuments annexes : Les chapelles remployées à Karnak Nord ; Les grandes portes du téménos ; Un linteau remployé de Sésostris Ier ; VI. Synthèses et indices.

 

• Blocs épars d’Amenhotep III (S. Bickel)
 

Susanne Bickel finalise la publication des structures économiques (le « grenier d’Amon » et le « chêna d’Amon qui est riche en provisions ») et de l’ensemble de la fête-sed d’Amenhotep III. L'ensemble du matériel est relevé, étudié, photographié et dessiné. Un rapport préliminaire de ces travaux a été présenté dans le Bulletin de la Société Française d’Égyptologie 167, octobre 2006, p. 12-32. Il est possible qu’en cours de rédaction de la publication finale quelques vérifications mineures s’avèrent nécessaires en 2009.
Quelques fragments d’une porte en granit rose d’Amenhotep III gisant à proximité de la porte de l’Est seront intégrés dans l’étude des blocs épars.


• Le propylône du temple de Khonsou (Fr. Labrique)


La traduction des textes a été terminée en 2004. Le glossaire et les index sont achevés à 85%. Une nouvelle couverture photographique complète du monument a été réalisée en 2004 par Gael Pollin, et remise à l’Ifao et au Cfeetk pour archivage.
Afin de finaliser le manuscrit avant remise à l’éditeur, quelques collationnements de textes gravés dans le temple voisin d’Opet sont prévus ; ils contiennent des informations relatives notamment à la (re)naissance d’Osiris et apportent des informations complémentaires, susceptibles d’éclairer la compréhension de passages difficiles sur les faces internes et nord du propylône de Khonsou.


• Le dieu Khonsou et son temple (J.-Cl. Degardin)


À la suite de quatre missions (2005-2008) consacrées à l’étude épigraphique et théologique du temple de Khonsou et des monuments thébains avec lesquels il a pu entretenir des relations (temple d’Opet, chapelles osiriennes de Karnak, temple de Médinet Habou), J.-Cl. Degardin prépare plusieurs articles dans lesquels il traitera du fonctionnement rituel du temple de Khonsou.


• Les Annales de Thoutmosis III (N. Grimal)


Ce projet se poursuit dans le cadre d’un séminaire du Collège de France. La zone du couloir nord (scène d’offrande et section I des Annales) a été presque intégralement étudiée. Le séminaire sera consacré à partir de 2009 au mur nord de la cour du VIe pylône (textes en places, textes au Louvre, reconstitution des fragments épars conservés à Karnak), puis au calendrier liturgique. L’ensemble fera l’objet d’une monographie, prévue dans la série des Études d’égyptologie du Collège de France, plusieurs publications ponctuelles étant déjà parues depuis 2001.


• Ouvrage de synthèse sur Karnak (N. Grimal, Fr. Larché)


Préparation d’une synthèse architecturale et historique sur le temple de Karnak, dont certaines études ponctuelles sont déjà parues. Cette synthèse est l’objet actuel du cours de N. Grimal au Collège de France : deux années y ont déjà été consacrées (2006-2008), les cours de 2009 à 2011 y seront également consacrés ; la synthèse finale fera l’objet d’une monographie, dont on peut espérer qu’elle sera terminée en 2012.
Quelques vérifications et observations de terrain complémentaires seront nécessaires en cours de rédaction.


• Les installations antérieures au Nouvel Empire et le quartier des prêtres à la Basse Époque (A. Masson, M. Millet)


Les fouilles qui se sont déroulées au sud-est du Lac Sacré de 2001 à 2006 ont fourni la matière de deux thèses de Doctorat, soutenues par A. Masson et M. Millet en 2008. L’intégralité des fouilles fera l’objet d’une publication complète, en trois volumes portant respectivement sur les quartiers artisanaux de la Première Période Intermédiaire à la Deuxième Période Intermédiaire, sur le rempart du Nouvel Empire (Élise Allaoua, Marie-Delphine Martellière, Aurélia Masson et Marie Millet) et sur le quartier résidentiel et administratif des prêtres de la fin de la Troisième Période Intermédiaire à l’époque gréco-romaine (Aurélia Masson).


• Atlas des obélisques de Karnak (L. Gabolde)


Les blocs épars des 17 obélisques identifiés ont été dessinés et un travail de vectorisation de l’ensemble des relevés est en cours. Le travail de traduction des textes est également en cours.


• Le temple de l’Est (L. Gallet, J.-Fr. Carlotti)


L’étude égyptologique de ce monument a fait l’objet d’une thèse de Doctorat (univ. Paris-Sorbonne) soutenue par L. Gallet. L’étude architecturale menée par J.-Fr. Carlotti comprend un relevé de l’état des lieux et des hypothèses de restitution du monument à l’époque ramesside et à l’époque ptolémaïque. Ce temple comporte plusieurs curiosités architecturales et un sanctuaire original matérialisé par un obélisque qui trahissent son ancienneté. Cette recherche a prouvé que l’édifice est, contrairement à l’hypothèse généralement admise, un temple plus ancien remployé et modifié par l’architecte Bakenkhonsou.
Les relevés de l’état actuel du monument et de ses blocs épars sont à ce jour achevés. Les relevés de l’état actuel ont été encrés, ils se répartissent en 10 planches regroupant 2 plans, 3 élévations et 26 coupes.
La mise au propre des minutes de terrain des blocs épars (69 blocs avec 2 ou 3 faces dessinées) et les plans de restitution aux époques ramesside et ptolémaïque est en cours d’exécution (6 planches comprenant 2 plans, 6 élévations et 6 coupes). La rédaction du manuscrit de l’étude architecturale est bien avancée mais la particularité du bâtiment a requis un complément d’enquête comparative avec d’autres monuments datant du même règne (grande salle hypostyle de Karnak et Ramesseum). Il s’est avéré que, comme le temple de l’Est, ces deux monuments majeurs du règne ont été en fait simplement « réutilisés » et transformés. Cette mise en perspective historique est devenue un élément capital de réflexion sur les programmes architecturaux du règne de Ramsès II. Il semble que la production architecturale du roi soit le résultat non pas, comme on le croit trop souvent, d’une immense et frénétique soif de construire mais plutôt d’une politique systématique de réutilisation sans complexe de bâtiments préexistants.

 

• Fouilles dans la cour du IXe pylône (Ch. Van Siclen)


Débutées en 1996 et poursuivies jusqu'en 2007, les fouilles dans le secteur de la cour du IXe pylône ont été entreprises pour tenter de localiser les monuments qui ont fourni des pierres à la construction de l'Édifice d'Amenhotep II entre les IXe et Xe pylônes. Outre qu'il a été possible de localiser des traces notables de ces fondations, un grand nombre d'informations concernant le développement architectural de cette zone (depuis le Moyen Empire jusqu'à la période copte) a également été glané. Les fouilles sont achevées mais le matériel doit encore être étudié (en particulier la céramique et les petits objets) avant de proposer la publication finale.
 

 





Dernière mise à jour : 14-05-2012

1241242 visites - 965 visite(s) aujourd'hui - 3 connecte(s)
© 2009-2013 – CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – CSA / USR 3172 du CNRS
Karnak AmbaFrance Caire, S/C Valise diplomatique, 13 rue Louveau, 92438 Chatillon Cedex