Étude des blocs épars de l'Édifice de Taharqa du lac

 

RESPONSABLE : Jérémy Hourdin (LabEx Archimede)

COLLABORATEURS : Florie Pirou (LabEx Archimede), Mamdouh Abd el-Ghassul (MAE-CFEETK), Charlotte Wolff (MEAE)

 

Dans le cadre de l’inventaire des monuments kouchites pour le Projet Karnak, un très grand nombre de blocs en grès présentant des reliefs en creux typiques de la XXVe dynastie a été identifié, autour du lac sacré, ainsi que le long des banquettes sud du temple de Karnak. Il s’agit des nombreux fragments provenant de l’édifice de « Taharqa du Lac » construit au nord du Lac sacré, dont actuellement seule la partie inférieure est visible par les visiteurs. Ce monument a fait l’objet d’une étude de la part de R.A. Parker, J. Leclant et J.-Cl. Goyon, en 1979, mais elle ne prenait en compte essentiellement que ses parties « souterraines ». Seuls quelques blocs épars des structures supérieures aujourd’hui détruites, à la suite du déplacement de l’obélisque unique de Karnak au IVe siècle ap. J.-C., ont été partiellement présentés.
Après un premier dégagement de l’édifice de Taharqa par G. Legrain entre 1907 et 1908, les blocs ont été découverts par M. Pillet, entre 1923 et 1925, puis par H. Chevrier, entre 1934 et 1935 (pour ceux tombés dans le lac). L’étude de ce très large corpus documentaire constitué de plusieurs centaines de blocs – l’ensemble le plus important de la XXVe dynastie à Karnak – permettra de mieux connaître la structure architecturale ainsi que la décoration de cet édifice emblématique de la période kouchite usurpé par Psammétique II, à la XXVIe dynastie. Il sera alors possible de proposer une restitution des différents murs détruits, comme, par exemple, les parois extérieures sud et ouest ou encore les murs décorés de la cour centrale intérieure du monument où devait s’accomplir différents rites solaires liés à Amon-Rê et évoqués dans les parties souterraines. Ce travail permettra également de préciser la nature des nombreux blocs provenant d’une construction de Chabaka réutilisés à l’intérieur de celle de Taharqa.
Tous les textes seront intégrés dans le Projet Karnak.

 

 

Échéancier
2017 :
Inventaire des blocs épars du monument ;
Début de la couverture photographique ;
Début des relevés épigraphiques.
2018 :
Poursuite de la couverture photographique ;
Poursuite des relevés épigraphiques.
2019 :
Fin de la couverture photographique ;
Achèvement et vérification des relevés épigraphiques.
2020 :
Préparation du manuscrit.
 

 

 

 

 

 

 

Study of the loose blocks of the Taharqa’s edifice by the Sacred Lake

As part of the Kushite’s inventory monuments for the Karnak Project, a very large number of sandstone blocks with sunk reliefs typical of the 25th Dynasty have been identified around the sacred lake and along the southern blockyard of Karnak temple. These numerous fragments come from the edifice of Taharqa built at the north of the Sacred Lake, of which only the lower part is currently visible to visitors. This monument has been the subject of a study by R.A. Parker, J. Leclant and J.-C. Goyon, in 1979, nevertheless it essentially took into account its “subterranean” rooms. Only few loose blocks of the upper structures now destroyed, following the removing of the single obelisk of Karnak in the 4th century AD, have been partially presented. 

After a first clearing of the Taharqa’s edifice by G. Legrain, between 1907 and 1908, the blocks were discovered by M. Pillet, between 1923 and 1925, then by H. Chevrier, between 1934 and 1935 (for those fallen in the lake). The study of this very large corpus of documents composed by several hundred blocks – the most important corpus of the 25th Dynasty in Karnak – will allow a better understanding of the architectural structure and the decoration of this emblematic monument of the Kushite period which was usurped by Psamtik II during the 26th Dynasty. Also it will be possible to propose a restoration of the different broken walls, such as the southern and western exterior walls as well as the decorated walls of the monument’s inner court where various solar rites linked to Amon-Re, evoked in the underground parts, could be performed. This work will also clarify the nature of the many blocks which come from a Shabaka’s construction reused inside the edifice of Taharqa.
All the texts will be integrated into the Karnak Project accessible on the CFEETK website.

 

2017
- Inventory of the loose blocks of the monument;
- Start of the photographic coverage;
- Start of the epigraphic drawings.
2018
- Continuation of photographic coverage;
- Continuation of the epigraphic drawings.
2019
- End of the photographic coverage;
- Completion and verification of the epigraphic drawings.
2020
- Preparation of the manuscript.
 

 





Dernire mise jour : 03-07-2018

2926547 visites - 706 visite(s) aujourd'hui - 4 connecte(s)
© CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – CSA / USR 3172 du CNRS
Karnak AmbaFrance Caire, S/C Valise diplomatique, 13 rue Louveau, 92438 Chatillon Cedex

CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – USR 3172 du CNRS
  • CNRS - Dépasser les frontièresMSAMAE