RELEVÉ ET ÉTUDE DES SALLES SOKARIENNES DE L’AKH-MENOU

 Accueil > Axes de Recherches > Axe 1 > Theme 4

 « Retour

RESPONSABLE : Julie Masquelier-Loorius (UMR 8167-univ. Paris Sorbonne)
PARTENARIAT : UMR 8167-univ. Paris Sorbonne


La zone de l’Akh-menou a fait l’objet d’une étude architecturale complète, publiée par J.-Fr. Carlotti (L’Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak. Étude architecturale, Paris, 2001) ; ce travail faisait suite à l’édition de la salle des fêtes (Heret-ib) par J.-Fr. Pécoil (L’Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak. La Heret-ib et les chapelles attenantes. Relevés épigraphiques, Paris, 2000). Enfin, J. Masquelier a poursuivi le relevé des magasins sud (L’Akh-menou de Thoutmosis III à Karnak. Les salles méridionales. Relevés épigraphiques et étude égyptologique) ; elle propose de développer son premier programme par l’étude et la publication des salles sokariennes attenantes aux magasins sud.
Une documentation a déjà été accumulée concernant Sokar et les rites liés à ce dieu, en particulier à Thèbes au Nouvel Empire. Les clichés et manuscrits relatifs à ce secteur ont également été collationnés et vérifiés (photographies : Chicago House de Louqsor et Marburg Institute, manuscrits : British Library).
Ce groupe de salles a été interprété comme un ensemble cultuel voué au dieu Sokar. Si de nombreuses représentations de la barque-henou, emblème de Sokar, figurent sur les parois de la salle à colonnes et des chapelles SK.1 à SK.3, en revanche, dans les magasins à sol surélevé SK.4 à SK.6, aucune figuration ni même mention du dieu Sokar n’apparaît et ce sont les dieux Osiris, Sobek-Rê et Amon ithyphallique qui sont représentés. Cet ensemble pourrait être en rapport avec les rites osiriens car Sokar, au Nouvel Empire, est toujours associé au culte d’Osiris et à ses rites de renaissance. Comme dans de nombreux temples thébains, l’Akh-menou disposerait alors d’un ensemble dédié à Rê (avec autel solaire au nord-est) et d’un ensemble voué à (Ptah-)Sokar-Osiris.
La proximité des salles méridionales avec les salles sokariennes s’explique très probablement par les relations entre les cérémonies de couronnement royal ou de renouvellement et la fête de Sokar d’une part –traditionnellement associée à la transmission du pouvoir royal– et l’érection du pilier-djed d’autre part. L’analyse des scènes et inscriptions de ce secteur, unique d’un point de vue architectural, offrirait une nouvelle vision du monument érigé dans l’enceinte du temple d’Amon-Rê à Karnak par Thoutmosis III.
Une durée de quatre à six mois, répartie sur des missions annuelles d’un mois, permettront d’effectuer les relevés de chacune des salles sokariennes dans le temple afin de progresser régulièrement dans le traitement des montages, la retouche des dessins et l’étude égyptologique.

• Programme 2010-2013


- 2010 : relevé de la desserte à huit colonnes et des parois des trois chapelles méridionales du complexe.
- 2011-2013 : relevé des salles à piliers (à étage).


 





Dernire mise jour : 10-05-2011

2746945 visites - 27 visite(s) aujourd'hui - 1 connecte(s)
© CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak – CSA / USR 3172 du CNRS
Karnak AmbaFrance Caire, S/C Valise diplomatique, 13 rue Louveau, 92438 Chatillon Cedex